Pour dissuader les attaques contre les satellites, il est nécessaire d’avoir une stratégie efficace d’attribution et d’identification des actes malveillants

0
79

John J. Klein, un chercheur résident au sein de la société Falcon Research, en Virginie du Nord (États-Unis), a récemment publié un article sur le site SpaceNews nommé « To deter attacks on satellites, U.S. needs a strategy to identify bad actors« .

Les opérateurs spatiaux des nations alliées collaborent au Centre pour l’innovation de Lockheed Martin en Virginie, le 27 septembre 2019, dans le cadre du « Global Sentinel 19 ». Pendant une semaine, chaque nation participante a maintenu un centre d’opérations spatiales (SpOC) pour commander et contrôler leur connaissance de l’environnement spatial (U.S. Air Force photo by Staff Sgt. J.T. Armstrong)

Dans cet article, l’auteur propose une stratégie afin de réaliser de façon efficace l’attribution d’un acte de malveillance dans le domaine spatial. Pour information, l’attribution est la capacité à tracer puis à remonter à l’origine d’une action contre une infrastructure ou un système afin d’identifier le ou les auteurs.

La capacité pour une nation d’affirmer avoir la capacité de réaliser de solides attributions lui permet de disposer d’une capacité de dissuasion crédible.

En effet, une nation ou un groupe terroriste ne tentera pas un acte de malveillance contre une autre nation si elle sait que cette dernière pourra sans aucun doute l’identifier. Car si c’est le cas, alors elle s’expose à de fortes représailles en contrepartie.

En effet, la capacité pour une nation d’attribuer et d’identifier l’origine et la source d’une attaque, lui permet d’apporter une réponse appropriée et graduelle, proportionnelle à l’attaque qu’elle a subie.

Sans cette capacité d’attribution, elle n’aura pas la capacité d’apporter une réponse efficace ou alors de façon douteuse.

L’auteur rappelle que dans l’histoire, la plus grande stratégie de dissuasion fut l’arme nucléaire. Pour le domaine spatial, il est possible de capitaliser sur cette expérience sans forcément en copier le modèle.

Un modèle d’attribution solide passe par la collecte de données et d’information à partir de multiples sources. A partir de ce constat, l’auteur propose un cadre pratique d’attribution spatial qui devrait inclure les 3 éléments suivants :

  • La connaissance de l’environnement spatial ou « Space Situational Awareness » (SSA), et des capacités d’analyse forensic (space forensics)
  • Disposer de capacités de renseignements ou « Intelligence Community » (IC),
  • Avoir des alliés et des partenaires commerciaux ou « Allies and Commercial Partners » (ACP).

L’ensemble de ces 3 éléments forme ce que l’auteur appelle le « Space Attribution Triad » que nous détaillons ci-dessous.

Connaissance de l’environnement spatiale et capacités d’analyse forensic

L’auteur rappelle que la connaissance de l’environnement spatial fait référence aux « connaissances et caractéristiques fondamentales, actuelles et prédictives requises des objets spatiaux et de l’environnement opérationnel dont dépendent les opérations spatiales ».

La SSA (Space Situational Awareness) est la collecte, l’interprétation et la diffusion des données et d’informations. De nos jours, il existe déjà des capacités de SSA, de nature gouvernementale mais aussi commerciale.

Parmi les initiatives gouvernementale, l’auteur cite :

Parmi les initiatives publiques, l’auteur cite :

  • Space ISAC (Space Information Sharing and Analysis Center)

Parmi les initiatives privées, l’auteur cite :

Pour accroître la transparence de la SSA, le portail internet space-track.org de l’US Space Command est utilisé pour partager des services de connaissance de la situation spatiale et des informations entre les entités gouvernementales, commerciales et universitaires.

Pour des attaques ou des actions hostiles, le processus d’attribution peut conduire à une réponse militaire. Pour des actes moins graves, l’attribution peut conduire à des poursuites devant les tribunaux civils ou à une action diplomatique. Pour cela, il est nécessaire de disposer de preuves médico-légales (forensics evidence) soient recevables devant un tribunal. C’est ce que l’auteur appelle « l’analyse forensic ou Space Forensics ». Les données médico-légales collectées doivent rester intactes, en utilisant des procédures de « chain of custody« .

Le rôle du renseignement

La notion d' »Intelligence » ou de renseignement consiste à recueillir, produire et diffuser des renseignements et des informations sur des activités hostiles. Une communauté bâtie autour de l’intelligence devrait permettre de soutenir le processus d’attribution d’actes hostiles dans l’espace en collectant des données et informations brutes, en analysant ces données et ces informations dans leur contexte et en produisant des rapports pertinents.

L’auteur précise que les renseignements ainsi recueillis devraient être utilisés pour informer comment, où et quand des interférences nuisibles ou des attaque contre des systèmes spatiaux américaines se produisent.

Le rôle des alliés et des partenaires commerciaux

De par la définition du domaine spatiale qui est de nature internationale, l’auteur explique qu’il faudrait définir un cadre d’attribution spatiale commun entre les alliés et les partenaires commerciaux. L’inclusion des alliés et des partenaires commerciaux augmentera considérablement le partage des données SSA, ainsi que la collecte de renseignements et de données forensics.

A ce sujet, l’auteur précise qu’il existe l’alliance du renseignement Five Eyes (FVEY) comprenant l’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les  États-Unis. Cette alliance devrait d’avantage faire du partage du renseignement spatial afin de permettre de réaliser une attribution spatiale.

En outre, l’auteur ajoute que l’ initiative « Combined Space Operations« , qui comprend actuellement des représentants des partenaires FVEY ainsi que de la France et de l’Allemagne, vise à améliorer la collaboration spatiale en discutant des concepts opérationnels et des exigences en matière d’infrastructure de sécurité.

L’auteur ajoute enfin que les partenaires commerciaux amélioreront également le processus d’attribution spatiale, en raison du grand nombre de petits satellites commerciaux actuellement en service, ainsi que des constellations prévues dans l’avenir. Certains fournisseurs commerciaux de communications par satellite peuvent ainsi avoir des connaissances approfondies concernant les actions malveillantes contre leurs réseaux et ceux d’autres opérateurs de satellites, qui peuvent être utilisées. Les centres des opérations spatiales pourraient aider dans le processus d’attribution.

Recommandations à suivre

En conclusion, l’auteur fait une synthèse et une liste de recommandations à suivre.

  1. Incorporer un processus d »attribution réaliste et pratique comme des scénarios sur table, des exercices spatiaux ainsi que des jeux de guerre. L’auteur cite comme exemple Space Flag et Schriever Wargame
  2. Augmenter les capacités de connaissance sur l’environnement spatial (SSA) et des capacités d’analyse forensic. Les états devrait développer et acquérir de solides capacités SSA et d’analyse forensic non seulement pour les événements cinétiques tels que les armes antisatellites (ASAT), mais également pour les événements non cinétiques tels que les lasers, le brouillage et les attaques de réseau (cyber attaques).
  3. Augmenter les capacités et les méthodes de collecte d’informations et de renseignements au niveau des segments spatiaux, sols (terrestres) et utilisateurs.
  4. Garder les données forensics intactes ou non corrompues, afin que leur validité et leur authenticité ne soient pas remise en question. Pour cela, il faut mettre en place une « chain of custody » pour aider à garantir un suivi des données, garantir leur valeur probante, afin de s’assurer de leur recevabilité devant un tribunal dans le cadre de poursuites judiciaires.
  5. Inclure les alliés et augmenter la transparence. Il faut profiter des associations des opérateurs spatiaux pour inclure les alliés dans l’attribution spatiale. En outre, l’auteur rappelle qu’il faut utiliser le processus d’attribution spatiale pour renforcer la dissuasion dans l’espace et empêcher, par exemple, la propagation des débris spatiaux. En incluant les capacités globales des alliés, l’attribution de la source ou de l’origine d’une attaque pourra être atteinte plus rapidement et avec une plus grande confiance. L’inclusion des alliés conduira à une transparence accrue et renforcera la confiance dans le processus d’attribution spatiale.
  6. Intégrer le secteur commercial. Les données d’analyse numérique, de brouillage et de laser existantes qui sont collectées chaque jour par les sociétés commerciales seront utiles pour aider à l’attribution spatiale. Il faudrait mettre en place des accords ou des contrats de service avec ces sociétés pour disposer d’un processus d’attribution complet.

La conclusion de l’auteur est la suivante

Dans les années à venir, le besoin d’attribution dans le domaine spatial ne fera qu’augmenter. Croire que l’attribution d’actions hostiles ou malveillantes dans l’espace sera un processus simple est un vœu pieux. Les moyens et méthodes d’attribution dans le domaine spatial doivent être débattus, répétés et affinés. La mise en œuvre des moyens nécessaires pour l’attribution spatiale entraînera probablement des ressources financières supplémentaires. Mais le coût est faible par rapport aux effets désastreux causés par un événement qu’un processus d’attribution robuste chercherait à dissuader.

Dr. John J. Klein est chercheur résident au sein de la société Falcon Research, en Virginie du Nord (ÉtatsUnis). Il est également professeur auxiliaire au Space Policy Institute de l’Université George Washington. Il est l’auteur des livres Understanding Space Strategy: The Art of War in Space (2019) et Space Warfare: Strategy, Principles and Policy (2006). John J. Klein publie régulièrement des articles sur la politique nationale, la stratégie militaire et les implications du droit des conflits armés.

Vous pouvez retrouver l’article original du Dr. John J. Klein sur le site : “To deter attacks on satellites, U.S. needs a strategy to identify bad actors“.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.